Financement pour entreprises matures et en croissance : S.R.I.B.

Brève description: 

La S.R.I.B. (Société Régionale d’Investissement de Bruxelles) soutient la réorganisation, l'expansion ou la transmission d'entreprises privées ayant plus de 5 ans d’existence. Les interventions se font soit via participation minoritaire en capital, soit en souscrivant à l'émission d'un emprunt obligataire (éventuellement convertible), soit en accordant un prêt (éventuellement subordonné). La S.R.I.B. soutient également d’autres besoins d’entreprises via ses filiales (Brupart, Brustart, Brusoc, Exportbru, Brucofin).

Niveau de compétence: 
Régional
Bénéficiaires: 

La Société d'Investissement limite ses interventions aux entreprises qui ont leur siège social et leur siège principal d'exploitation dans la Région de Bruxelles-Capitale et qui ont en outre adopté la forme juridique d'une société anonyme ou d'une société privée à responsabilité limitée.

Trois catégories d'entreprises retiennent plus spécialement son attention:

  • les entreprises en expansion qui ont besoin d'un apport financier complémentaire pour concrétiser leurs objectifs;

  • les petites et moyennes entreprises qui souhaitent disposer d'une assise financière plus large (par exemple pour la mise en œuvre de projets de diversification);

  • les investisseurs étrangers désireux de développer des projets dans la Région bruxelloise.

Les entreprises en difficulté peuvent éventuellement être retenues au titre d'une intervention de la S.R.I.B., à condition toutefois qu'il existe un plan de restructuration clair et précis offrant les garanties suffisantes en matière de continuité et de rentabilité.

Les interventions peuvent être accordées tant aux entreprises du secteur de la production qu'à celles du secteur tertiaire. Les activités qui ne génèrent qu'une valeur ajoutée limitée pour l'économie bruxelloise, telles que le commerce de détail et l'import/export, sont la plupart du temps exclues du bénéfice de ces interventions.

Conditions: 

Les entreprises doivent satisfaire à un certain nombre de critères quantitatifs (rentabilité, emploi, exportation,...) et qualitatifs (sensibilité du marché, R & D, ...). L'adéquation à ces critères est analysée au cas par cas, en fonction du secteur d'activité et de la maturité de l'entreprise.

Aides: 

Forme de l’intervention

La S.R.I.B. peut intervenir de plusieurs façons :

  • souscription d’actions lors de la création d’une entreprise ou d’une augmentation de capital;

  • souscription à l’émission d’un emprunt obligataire, convertible ou non;

  • octroi de prêts, subordonnés ou non;

  • une combinaison des formules susmentionnées.

Ampleur de l’intervention

L’intervention de la S.R.I.B. se situe en moyenne à hauteur de 500.000 €.
Le minimum est de 125.000 €, mais ce n’est pas une règle stricte. La S.R.I.B. peut en effet s’intéresser à de plus petits projets présentant un potentiel de croissance suffisant ou diriger ces derniers vers sa filiale Brustart spécifiquement dédiée aux start-up. La limite supérieure est de 5.000.000 €. Dans la pratique, ce maximum est rarement atteint. En tout état de cause, sa participation est inférieure à 49 % du capital.

Durée de l’intervention

La S.R.I.B. est un partenaire temporaire. Son intervention est limitée à une durée de 5 à 10 ans en cas d’equity financing.

Intervention dans la gestion de l’entreprise

L’intervention de la S.R.I.B. dans la politique de l’entreprise se définit en fonction des besoins.
En cas de participation au capital, la S.R.I.B. sera particulièrement attentive à la gestion de l’entreprise et elle exigera toujours la présence d’au moins un administrateur proposé par elle. Lorsque la S.R.I.B. intervient sous forme de souscription à un emprunt obligataire, elle se contentera généralement d’une présence au Conseil sans voix délibérative. Dans tous les cas, la personne qui représente la S.R.I.B. au Conseil d’Administration mettra ses compétences, son expérience et ses relations au service des objectifs de l’entreprise.

Le return escompté

La rémunération souhaitée par la S.R.I.B. fait l’objet d’une négociation avec l’entreprise concernée en tenant compte, au premier chef, de la structure financière de l’entreprise.
En ce qui concerne les dossiers de participation au capital, la S.R.I.B. cherche, comme tout investisseur, à réaliser une plus-value lors de sa sortie du dossier.
Lorsqu’il s’agit d’equity financing, l’objectif est d’atteindre le taux normal de rentabilité du capital à risque dans le secteur; sur cette base, certaines modalités de sortie de la participation peuvent être convenues à l’avance.
Pour fixer les taux d’intérêt d’un emprunt obligataire, la S.R.I.B. se base sur les conditions du marché, mais elle tient compte d’autres éléments tels que, par exemple, la convertibilité, le risque associé au secteur, etc.

Procédure: 

Le promoteur du projet doit soumettre un plan d'entreprise à la S.R.I.B.. Ce plan est examiné en deux phases:

  • entretien avec un analyste de la S.R.I.B.;

  • et présentation des premiers éléments du dossier.

Si le dossier est déclaré recevable, un plan d'entreprise détaillé sera élaboré, suivi d'une analyse approfondie du dossier. Sur base de cette analyse, la S.R.I.B. décide ou non d’investir.
Le délai moyen de prise de décision est de 2 à 3 mois.