Le coût salarial

Fixation du salaire brut

En principe, vous déterminez vous-même le salaire brut de vos travailleurs. Vous devez toutefois tenir compte de l’existence de salaires minimums dans chaque secteur.

Dans de nombreux secteurs, des conventions collectives de travail (CCT) sont conclues. Celles-ci déterminent le salaire minimum que vous devez accorder à un travailleur déterminé. Souvent, le salaire est défini en fonction de l'ancienneté et/ou de l'âge de ce dernier. Vous devez donc veiller à d'abord bien analyser ces CCT sectorielles avant de déterminer un salaire. Pour ce faire, nous vous conseillons de prendre contact avec un secrétariat social situé dans votre région.

Si aucune CTT sectorielle ne régit la fixation du salaire minimum, vous ne disposez toutefois pas encore d'une liberté totale pour fixer le salaire de vos travailleurs.  En tant qu'employeur, vous devez en effet respecter le revenu minimum mensuel garanti (RMMG). Celui-ci varie également en fonction de l'âge et de l'ancienneté du travailleur. Il est fixé sur base périodique.

Aujourd'hui, trois salaires minimums sont établis. Selon la loi, un employeur ne peut donc pas accorder à un travailleur une rémunération inférieure à ce fameux RMMG :

  • À 21 ans : 1.443,54 €
  • À 21,5 ans (minimum 6 mois d'ancienneté) : 1.481,86 €
  • À 22 ans (minimum 12 mois d'ancienneté) : 1.498,87 €

Les travailleurs à temps partiel ont droit à un salaire minimum en rapport à leurs prestations à temps partiel (% d'un emploi à plein temps).

Les jeunes âgés de moins de 21 ans doivent recevoir, en fonction de leur âge, un pourcentage du RMMG d'un travailleur de 21 ans :

  • 20 ans : 94% du RMMG
  • 19 ans : 88% du RMMG
  • 18 ans : 82% du RMMG
  • 17 ans : 76% du RMMG
  • 16 ans : 70% du RMMG

Les salaires ci-dessus sont des salaires bruts. Ils font également l’objet d'une indexation.

Coût salarial pour l’employeur

Pour tous les travailleurs qui sont à votre service, des cotisations de sécurité sociale sont en principe dues à l’Office national de sécurité sociale (ONSS). Celles-ci sont destinées au financement des différents avantages sociaux.

Les cotisations sont différentes pour les ouvriers et les employés. Elles sont calculées sur la base du salaire brut (à hauteur de 108 % du salaire brut pour les ouvriers et de 100 % pour les employés). Vous devez vous acquitter vous-même d’une partie de ces cotisations (par l'intermédiaire de la déclaration trimestrielle), l'autre partie devant être payée par le travailleur.
Une distinction est établie entre :

  • Les cotisations de base
  • Les cotisations spéciales

Vous trouverez de plus amples informations sur le niveau et le calcul de ces cotisations à l'adresse de l'Office national de sécurité sociale.

Si vous souhaitez savoir combien un travailleur vous coûtera, sachez que plusieurs programmes, généralement proposés par les secrétariats sociaux, vous permettent de faire une conversion du salaire brut au salaire net et inversement.

Deux types de réductions de cotisations des employeurs peuvent faire baisser votre coût salarial :

  • La réduction structurelle : une baisse générale des cotisations patronales applicables pour tous les employeurs du secteur privé, mais uniquement sur les travailleurs soumis à toutes les branches de la sécurité sociale ;
  • Les réductions de groupe cible : réductions ONSS associées à l'emploi d'un groupe-cible spécifique (premiers emplois, travailleurs âgés, etc.).
    Pour obtenir de plus amples informations : www.ecosubsibru.be ou www.autravail.be

Coûts additionnels

Outre le coût salarial et lié à la sécurité sociale, vous devez également tenir compte d'une série de coûts additionnels découlant notamment de la conclusion d'une assurance accidents de travail et des affiliations à une caisse de vacances annuelles, à une caisse d'allocations familiales et à un service externe pour la prévention et la protection au travail.

Mise à jour 04/07/2016

En savoir plus?

Abonnez-vous à notre newsletter

  • Bimensuelle
  • Gratuite
  • Plus de 22 000 abonnés